13 nov. 2016

Une fin de semaine à Toledo!

Une chance unique, vraiment, d'être envoyé par Cinesite à Madrid et à Paris pour une dizaine de jours, question de rencontrer des candidats d'expérience et répondre à la croissance fulgurante de l'entreprise!
Et quelle situation inusitée que de se retrouver à nouveau en Espagne, quelques mois seulement après y avoir passé mes vacances au début de l'été! 
Comme j'avais déjà arpenté Madrid à deux reprises et que j'avais 2 jours à tuer avant que commencent les entrevues, j'ai suggéré à Marie-Claude, ma directrice RH, de louer un petit appartement au coeur du vieux quartier de Toledo et de découvrir cette ville étonnante, très touristique, située à moins de 30 minutes de train du centre de Madrid.
Étant donnée sa proximité, plusieurs visiteurs viennent de la capitale pour y passer la journée et repartent ensuite à la fin de l'après-midi, ce qui libère légèrement la vieille ville en soirée et en matinée!













C'était plutôt frais en cette période de l'année, mais la deuxième journée s'est réchauffée drastiquement, et on a même pu déjeuner en t-shirt sur une terrasse surplombant le Rio Tajo.








---------------------------------- 

Au retour à Madrid, les jours suivants ont été très occupés. Peu de temps de faire du tourisme, mais comme notre hôtel était bien situé, c'était facile de trouver des bons endroits pour souper le soir ou pour prendre un (ou plusieurs) verre. Nous sommes retournés à deux reprises au fameux Mercado San Miguel que j'avais découvert lors de mon premier séjour, un endroit hyper inspirant où on peut se promener d'un kiosque à l'autre, un verre de vino tinto dans une main et un tapas à 1 euro dans l'autre... 

9 juill. 2016

France - mariage de cousin Alexandre

Je suis arrivé à Mizérieux comme prévu, la veille du mariage, juste à l'heure pour l'apéro! 
J'avais quand même un peu accéléré pour arriver à temps, délaissant les routes de campagne au profit des autoroutes où rouler à 140 km/h donne l'impression d'être une tortue, à force de me faire dépasser par des chars roulant à plus de 160 km/h
J'aurais bien pris un peu plus de temps pour mieux découvrir la région (c'est ce qui est frustrant avec la France, chaque petit coin semble mériter le détour) mais j'avais quand même hâte de me retrouver chez ma tante Mimi et revoir toute la famille!



Pierre et Monica, préparant le souper

Comme prévu, la journée de mariage était caniculaire. Avec un ciel sans aucun nuage, le gros défi était d'éviter de transpirer dans son costume chic. J'avais prévu le coup, avec mes pantalons et ma chemise en lin, mais ça ne m'a pas empêché de chercher l'ombre, comme tous les autres invités ci-dessous, collés au mur de la mairie de Mizérieux pour échapper au soleil, en attendant que la cérémonie commence.




Avec Tonton Alain


Tonton Michel, conduisant la mariée en calèche.





 point de non-retour, en compagnie de la représentante du maire du village de Mizérieux




Alexandre et Delphine, enfin légalement mariés!



Retour à la maison, dans la 2-chevaux bien astiquée du beau-père




Avec mes cousins, Pierre, Alexandre et Marie-Charlotte



Vision de rêve: une montagne de charcuteries!

Une chance que j'ai laissé à Montréal mon côté végétarien, je n'aurais pas mangé grand-chose pendant mon voyage! Moi qui adore les charcuteries et les saucissons, et qui me prive constamment de ces plaisirs, je me suis laissé aisément tenter!
Le souper a débuté avec un immense buffet de saucissons et de salades... croyant que la réception se limitait à ça, je suis retourné me servir à deux reprises, pour ensuite réaliser que ce n'était que le premier service d'une série de 7!! (les gens autour se sont bien foutus de ma gueule)... mettons que rendu au dessert, je n'avais plus aucune place!



Après une orgie de bouffe et de vin, la soirée s'est terminée pour moi vers 4h du matin... il y avait encore des papis et mamies qui buvaient des liqueurs-maison au moment où je suis allé me coucher... et j'ai appris le lendemain au déjeuner que les mariés et plusieurs de leurs amis n'avaient pas dormi de la nuit 



Tonton Michel nourrissant ses cochons, que je reverrai peut-être l'an prochain sous forme de succulents saucissons ou de jambons!... 

5 juill. 2016

France - road trip in ze sud de la France


Mon temps était maintenant un peu compté puisque je devais me retrouver 2 jours plus tard chez ma tante Mimi (J'avais promis d'arriver juste à temps pour l'apéro!) et que j'avais devant moi un trajet plutôt ambitieux reliant quelques beaux villages, traversant la région du Languedoc par les routes de campagne, à l'écart des grandes artères routières... sur papier, ça avait l'air très faisable, mais cibole, c'était sans tenir compte des centaines d'endroits où j'aurais voulu m'arrêter pour prendre quelques photos, prendre un petit verre, goûter à la spécialité locale ou tout simplement trainer et regarder le monde passer.
Je me suis vite rendu compte que cette petite excursion allait s'avérer aussi magique que frustrante, ça n'a pas pris de temps non plus pour me dire que j'allais revenir explorer cette région plus prondément très bientôt. 

St-Guilhem-le-désert
J'ai quitté Montpellier tôt ce matin, et j'ai bien viraillé un bon bout de temps avant de sortir de la banlieue et me retrouver sur les chemins de campagne en direction de ce village dont un collègue français m'avait parlé, et qui figure sur la liste des plus beaux villages de France. On peut pas trop se tromper!
Et comme de fait, c'est un petit bijou de village médiéval! Incroyablement bien préservé, on a l'impression de revenir plusieurs centaines d'années en arrière et je me sentais mal un peu pour les habitants qui logent le long des ruelles étroites et piétonnières et qui doivent voir passer des milliers de gens tous les jours sous leurs fenêtres. 
Par contre, en ce début juillet, j'étais étonné que l'endroit ne soit pas plus bondé. Les vacances commencent vraiment officiellement le lendemain de la fête nationale (10 jours plus tard) et d'ici là, je ne me sens pas trop dérangé par les touristes, les commerçants et restaurateurs semblent relax et prêts à jaser, surtout quand t'es québécois! 





St-Guilhem est traversé par une portion du Camino de Santiago qui mène à St-Jacques-de-Compostelle, dans le nord-ouest de l'Espagne. Le sentier était désert en cette chaude période de l'année, mais je m'y suis aventuré quand même quelques heures, question de goûter au feeling de pélerin. Je pourrais très bien m'imaginer faire une telle randonnée sous un ciel aussi parfait, et m'arrêter en début d'après-midi pour l'heure du lunch, prendre un rosé dans un village comme celui-ci... si le camino traverse d'aussi beaux endroits, je dois dire que ça me titille en mosus!
------------ 

En route, je prends un jeune qui fait du pouce et je le laisse directement devant sa porte, dans un petit hameau nommé Campillergues, le genre de place qui ne figure même pas sur la carte et qu'on peut facilement ignorer. Mais ce petit détour m'a permis de traverser une partie du Parc National du Haut-Languedoc, suivant des belles petites routes étroites et complètement désertes...


Lac du Salagou


près du village de Octon


-------------- 
St-Rustice
Je me suis arrêté tard en fin de journée pour passer la nuit à Aucamville, un peu au nord de Toulouse. Étant à quelques dizaines de kms de St-Rustice, j'étais bien positionné pour quitter tôt le lendemain matin et me rendre au village où mes grands-parents ont habité et où j'ai passé des étés inoubliables en 1981 et 1985... mettons qu'après 30 ans, les souvenirs sont un peu flous, et même si le village était toujours aussi petit, je n'étais pas trop certain du chemin à prendre pour arriver à destination... je me suis comme un peu laissé guider par un mélange d'instincts et de souvenirs et je me suis plutôt rapidement retrouvé sur le Chemin-des-Crêtes, devant la maison, qui n'avait aucunement changé, malgré son apparence légèrement délabrée et malgré que les champs des alentours s'étaient transformés en quartiers de banlieue. 
J'ai hésité, mais je n'ai pas osé, si tôt le matin, aller cogner à la porte pour me présenter... n'empêche, ça faisait drôle de me retrouver ici après tant d'années. Mais j'étais quand même suffisamment déconnecté pour ne pas sentir de nostalgie, c'était plutôt la curiosité qui m'avait poussé à revenir sur les lieux mythiques de mon enfance!




Villemur-sur-Tarn
Un autre arrêt totalement imprévu. Sachant que le temps m'était compté, j'ai résisté plusieurs fois à la tentation de m'arrêter en chemin... parti de St-Rustice, j'ai pris une route de campagne que j'avais du fréquenter plusieurs fois avec ma grand-mère pour me rendre à Fronton, et c'est plusieurs kilomètres plus loin, avançant à l'aveuglette sur des routes de campagne, que je suis tombé sur ce superbe village en traversant le Tarn... c'était plus fort que moi, j'ai arrêté la voiture et je suis allé prendre un café en terrasse avec vue sur la Tour de la Défense, datant du XIIIe siècle...



------------------- 

Cordes-sur-Ciel
Un autre des plus beaux villages de France, et il n'y a pas d'erreurs: c'est magnifique et grandiose!... On pense que le village se limite à cette petite colline qu'on voit dans le guides mais un fois arrivé au sommet, on se rend compte qu'il s'étire encore plus loin derrière, avec des innombrables petites ruelles, des belvédères, des musées, et des boutiques... hôte d'un grand festival annuel médiéval, on n'a pas de misère à s'imaginer pourquoi: rien ne semble avoir changé depuis 500 ans... et c'est avec un peu de tristesse que j'ai du me résoudre à couper court à mon exploration pour poursuivre ma route, car l'endroit vaut bien qu'on s'y attarde une nuit ou deux... 







3 juill. 2016

France - Arrêt à Montpellier

La frontière était loin derrière, à la sortie d’un long tunnel passant sous les pyrénées. J'espérais avoir une vue splendide sur la chaine de montagnes, à la limite entre la France et l’Espagne et je n’ai finalement vu que du plat ou du vallonneux. 
Quelques temps plus tard, le train s’arrêtait à Perpignan, moins d’une heure encore à faire et j’arrivais à Montpellier. Dommage car c’est le type de voyage qui aurait pu durer plusieurs heures encore et je n’aurais pas été dérangé. Les paysages sont magnifiques, le train hyper confortable, je sirote un café en longeant la côte et traversant la campagne française. Une de ces expériences mémorables de transport qui me rappelle le vol entre Saigon et Hong Kong sur les ailes de la super compagnie aérienne Emirates… j’aurais presque souhaité continuer le vol jusqu’aux États-Unis, entouré des plus belles hôtesses de l’air de l’histoire de l’aviation, les sièges les plus confortables, le meilleur service et la meilleure sélection de films…

























Je n’avais pas vraiment d’attentes concernant Montpellier, mon souvenir des grandes villes de la côte d’Azur est plutôt lointain, quelques images de Toulon, Marseille et Grasse, mais pas assez pour me faire une bonne idée. Je n’avais rien lu non plus sur la ville elle-même ni sur les activités incontournables dans la région. 
Je dois dire que, sur le coup, j’ai été un peu refroidi. J’ai du arriver à l’heure de la fin des cours parce que la place devant la gare était inondée de jeunes, bruyants et fumeurs, un peu trop d’activité et de bousculade à mon goût après mon séjour mémorable à Girona. Il me restait 2h à tuer avant mon rendez-vous au logement airbnb et je me suis laissé guider vers la place de la Comédie, là où toutes les rues semblent converger et j’avais du mal à comprendre le plan d’urbanisme de ce centre important de la ville, des bâtiments grandioses de plusieurs centaines d’années tassés entre des constructions modernes plutôt affreuses…
Mais tout s'est rapidement replacé dès que j'ai commencé à m'aventurer dans le vieux quartier de la ville! Alors là: génial! Une multitude de ruelles étroites et sinueuses, des bâtiments qui semblent presque millénaires, et d'innombrables cafés et restos qui invitent à siroter quelques pastis bien frais.





graffiti : "Le pastis, c'est comme les seins: un, c'est pas assez... et trois, c'est trop!" 
- Fernandel

Étrangement, je croyais avoir eu ma dose de plage à Alicante et je ne voyais pas l'intérêt de me rapprocher de la mer pendant mon séjour à Montpellier. Mais après avoir visité le superbe Musée Fabre, le matin de ma 2e journée, la chaleur de midi m'a convaincu.
On recommande la plage de Pilou pour ses grandes étendues de sable blanc, possiblement désertes en ce milieu de semaine, et à courte distance du centre-ville. Après une balade en tramway (tout neuf!) jusqu'à la station Garcia Lorca, j'ai pris le bus menant au village de Villeneuve-lès-Maguelone, et comme le prix du transport incluait aussi la location d'un vélo à mon arrivée au village, j'ai pédalé tranquillement sur les chemins de terre, zigzaguant autour des étangs... le dos bien droit et le guidon trop bas, la petite sonnette à portée de pouce, je devais ressembler à Jacques Tati dans "Jour de Fête".

1 juill. 2016

Espagne - magnifique Girona!


L’idée de longer la Costa Brava pour rejoindre Montpellier me plaisait pas mal: remonter en ayant la mer et la plage à ma droite accentuerait  mon impression d’être en vacances! 
De la région d’Alicante, un peu plus sèche et rocailleuse, le décor se verdit en remontant vers la frontière française. Peut-être à cause des précipitations plus abondantes, mais je ne saurais dire puisque le soleil et la chaleur m’ont suivi sans interruptions jusqu’à mon retour à Montréal.



Ça n'arrive pas si souvent que ça, mettre les pieds dans une ville et avoir le goût de s'y installer pour un bon bout de temps... c'est toujours grâce à un concours de circonstances. Se sentir détendu, sans attentes, il faut beau et chaud, l'endroit est quasi-désert, le quartier historique sent les vieilles pierres et l'humidité, comme le donjon d'un château médiéval, on remarque une foule de petits détails qui éveillent l'intérêt, on tombe par hasard sur des petites perles de restaurants, avec vue sur la rivière, l'hôtel est confortable et la réceptionniste est superbe et souriante... je me suis bien promis de revenir un jour à Girona.